Quels sont les bons usages de la SCI ?

La société civile immobilière, beaucoup en ont entendu parler, elle est devenue une des meilleures options dans le domaine de l’immobilier. En effet, dans sa souplesse et sa simplicité, elle offre certains avantages, et s’avère souvent intéressante, entre autres, dans la gestion de biens immobiliers. Mais pour y profiter, il faut savoir ses bonnes utilisations.  

Un outil pour acquérir à plusieurs

Pourquoi à plusieurs ? Parce que la SCI, doit, obligatoirement, être constituée, d’au moins, de deux personnes, avec un but commun, et un capital non-limité, pour une durée maximum de 99 ans. Sa direction est assurée par un ou plusieurs gérants, via des statuts possédant, entre autres, les règles de durée, fonctionnement, répartition des parts. Une SCI est une société à but non-lucratif, ayant une vocation, généralement, immobilière.

Il faut également à remarquer qu’avec une SCI, les titres sont répartis en fonction des apports de chacun. Il s’agit, en effet, d’un outil pour convertir le bien immobilier en papier, c’est-à-dire, en titres. Cette opération facilite la réalisation pour acquérir à plusieurs et la répartition des droits. D’ailleurs, se regrouper, est un moyen de résoudre certaines difficultés d’acquisition immobilière.

Un outil de gestion

Une SCI permet d’avoir une bonne organisation, en matière de gestion immobilière. En effet, elle offre aux associés la possibilité de fixer librement les modalités relatives aux prises de décisions. Ainsi, toutes les décisions doivent être prises conformément aux statuts. Du coup, elle est un meilleur outil permettant de dissoudre les blocages dans la gestion d’un bien immobilier.

Un outil de facilitation d’un partage familial

L’usage de cet outil donne également la possibilité de répartition du patrimoine, plus simple et facile, d’un parent à ses enfants. En effet, il est plus pratique de répartir des parts sociales entre ces derniers, plutôt que de leur attribuer un bien immobilier d’une valeur différente à chacun. En effet, la SCI est un outil de partage évitant la vente aux enchères par indivision.

Un outil de transmission, sans indivision

En général, un associé peut sortir facilement de la SCI. Pour ce faire, il lui suffit de céder ses titres. Par exemple, en cas de décès des propriétaires, la SCI permet d’éviter l’indivision entre les héritiers. En effet, les décisions sont prises conformément à ce qui est prévu dans les statuts. Du coup, aucun enfant ne peut pas exiger de récupérer sa part, ainsi, il devra pour cela vendre ses titres.

Il faut noter que la constitution d’une SCI peut, sous certaines conditions, permettre à réduire la charge fiscale d’une succession ou d’une donation. Il s’agit également d’un outil de réduction des droits de succession.

Un outil de gestion locative

sci-outil-de-gestion-locativeNormalement, les revenus fonciers subissent aussi le barème progressif de l’impôt sur le revenu. Et pour éviter cette lourde fiscalité, les associés de la SCI peuvent opter pour l’impôt sur les sociétés (IS). Ainsi, ils ne sont plus taxés sur les loyers correspondant à leur participation dans la société, comme c’est le cas d’une SCI soumise à l’impôt sur le revenu, mais uniquement sur les revenus redistribués.

Laisser un commentaire